„Franchir les frontières - une expérience quotidienne à Lörrach“

Des conditions favorables pour les travailleurs allemands en Suisse

 

Le niveau des salaires en Suisse est nettement plus élevé qu'en Allemagne. Les emplois en Suisse sont donc très attrayants pour les travailleurs allemands qui peuvent tirer profit à la fois des salaires suisses élevés et des coûts de la vie relativement bas en Allemagne. Cette attractivité n'est pas affectée de manière significative par les horaires de travail plus longs et les vacances plus courtes en Suisse. Par conséquent, les entreprises allemandes et suisses se livrent une concurrence féroce pour le recrutement de travailleurs qualifiés.

Dans ce contexte et compte tenu de la forte attractivité de l'industrie pharmaceutique bâloise, il n'est pas surprenant que le nombre d'autorisations accordées aux travailleurs frontaliers venant de Lörrach soit en hausse depuis 2001. En 2018, le nombre de navetteurs résidant à Lörrach qui se rendaient quotidiennement en Suisse s'élevait à 5 294. Le nombre des travailleurs frontaliers venant du district de Lörrach s'élevait quant à lui à 21 334 personnes.

Selon des estimations des cantons de destination, près de 3000 travailleurs frontaliers font la navette entre la ville de Lörrach et le canton de Bâle-Ville. Les cantons de Bâle-Campagne et d'Argovie sont également intéressants pour les travailleurs frontaliers. Même dans des cantons plus éloignés, comme Zurich, il y a 100 travailleurs frontaliers qui s'y rendent chaque jour depuis Lörrach. La plupart des travailleurs étrangers en Suisse sont employés dans les secteurs de l'industrie, du commerce et de la santé.

 

Un large éventail d'activités culturelles et de loisirs dans cette région frontalière.

 

Au départ de Lörrach, on peut facilement voyager dans trois pays en une journée et de s'immerger dans trois cultures et leurs langues. Non seulement la cuisine badoise, alsacienne et suisse offre des moments de plaisir particuliers, les amateurs d'art trouveront également dans le triangle frontalier d'innombrables musées, foires commerciales et expositions de haut niveau. De plus, la Forêt-Noire, les Vosges et le Jura vous invitent à prendre l'air, à explorer la campagne et à faire du sport.

 

Des conditions intéressantes pour les clients venant de Suisse.

 

Le niveau des prix dans le commerce de détail, mais aussi pour d'autres services comme la restauration, est nettement plus élevé en Suisse voisine qu'en Allemagne. C'est toute la région du Haut-Rhin qui en profite. Lörrach, en particulier, peut devenir un grand pôle d'attraction grâce à sa densité commerciale supérieure à la moyenne, qui est elle-même due à sa situation frontalière.

Si le taux de change était encore de 1,67 franc suisse pour un euro en octobre 2007, il est tombé à 1,13 franc en juillet 2011 à la suite de la crise économique et financière, puis il a été soutenu par la Banque nationale suisse pour s'établir à 1,20 et après sa libération en janvier 2015, il est retombé à 1,03 franc. En juin 2019, le taux de change était de 1,12.

Cette évolution du taux de change a des répercussions positives sur les ventes dans le commerce de détail dans la ville de Lörrach. L’enquête réalisée par le bureau d'études Dr. Acocella pour le compte de la ville de Lörrach a fait ressortir une augmentation significative de la part des ventes réalisées avec des clients suisses, affichant un taux de 28,3 % en 2015 contre 19 % en 2008. En chiffres absolus, cela correspond à un doublement du volume des ventes, qui passe de 77 millions d'euros à 154 millions d'euros.

Cette évolution se reflète également dans l'augmentation du nombre de certificats d'exportation estampillés par les douanes, les « billets verts », avec lesquels les clients suisses peuvent se faire rembourser la TVA allemande de 19% (7% sur les produits alimentaires et les livres) pour leur prochain achat en magasin.

 

Répercussions sur les prix de l’immobilier

 

Tant l'afflux de pouvoir d'achat en provenance de la Suisse que l'augmentation du nombre de travailleurs frontaliers et l'augmentation de la population qui en découle ont des répercussions sur la demande en matière d’immobilier aussi bien dans le secteur du commerce de détail que dans le secteur résidentiel dans la ville de Lörrach. La hausse des prix de l'immobilier reflète la concurrence pour les terrains disponibles. Les taux d'intérêt négatifs incitent davantage les Suisses à investir dans l'immobilier. Cela entraînera plus de pression pour la conversion de terrains en zones d'activités, en particulier dans les zones mixtes. La stratégie d'urbanisme de la ville doit tenir compte de cette chaîne d'impacts afin de préserver le secteur industriel et commercial existant.

De plus amples informations sur la situation frontalière sont disponibles au chapitre 2.3 du rapport sur la « Mise à jour du concept de développement des zones d’activités de la ville de Lörrach ». (Rapport final, état au : 09/05/2017 )

 

Contact :

Marion Ziegler-JungGeschäftsführerin, Diplom-Volkswirtin07621 / 5500-105